La Fantasmagorie d’Ultima (fatal)

The Ultima Weapon Ultimate (UwU) en anglais.

Cet article sera donc consacré au deuxième contenu de type fatal à être arrivé sur le jeu. D’une difficulté amoindrie par rapport à son aîné UcoB, UwU a pourtant introduit une nouvelle mécanique qui pose les bases désormais d’une « condition obligatoire » en ultimate pour permettre de clear le combat. A mon humble avis de surcroît, je pense qu’avoir repris des combats de type « Défis de Primordiaux » (et donc, pas du raid HL contrairement à UcoB), a permis de rendre le combat plus accessible. Pour le débloquer, il faut avoir vaincu God Kefka dans le Sigmastice v.4 (Sadique). Votre niveau est automatiquement synchronisé au lvl 70 et votre ilvl se voit abaisser au 375.

UwU est le deuxième contenu de type fatal à être arrivé sur FFXIV, lors de la mise à jour 4.31. Plus « simple » que son aîné, il aura fallu toutefois cinq bonnes journées en World Prog pour obtenir le premier kill. Contrairement à UcoB qui demandait juste une exécution parfaite des mécaniques et passer les DPS Check, UwU s’est vu implémenter la mécanique « d’Eveil » des Primordiaux : une condition obligatoire à chaque phase afin de pouvoir réussir et passer la phase des adds. C’est la découverte de chaque Eveil qui aura pris le plus de temps aux différentes équipes, avant de trimer sur la dernière phase.

Le combat d’UwU se divise en cinq phases lui-aussi (bien que la quatrième est si courte, qu’on peut la considérer dans la P3).

  • La P1 s’avère être un combat contre la furie Garuda.
  • Qui s’enchaîne sur la P2 avec Ifrit.
  • Puis la P3 nous force à affronter Titan.
  • La P4 est la phase des adds, il vous faudra exécuter dans l’ordre une LB3 Caster, suivie d’une LB3 Healer, puis une LB3 mêlée, et enfin une LB3 tank, afin de survivre et passer à la dernière phase. Seul l’Eveil des Primordiaux permet une telle succession de LB3.
  • Enfin, la P5 nous amène face à la redoutable machine allagoise Ultima … qui n’hésite pas à faire des Primordiaux, son petit casse-croûte !

L’Eveil des Primordiaux consistait à exécuter des mécaniques de façon particulière et unique pour chaque phase, de sorte à ce que chaque Primo gagne quatre stacks d’Eveil chacun : ainsi à la mort d’un des Primo, ce dernier laissait un petit puddle par terre qu’un membre de l’équipe (ceux qui utilisent les LB par la suite) pouvait ramasser. La personne qui utilise ensuite une LB3 avec le buff gagné par le puddle, permettait de remplir à nouveau instantanément une LB3. C’est ce qui permet de passer la phase de transition entre Titan et Ultima !

Le clear de ce combat vous débloque le titre de L’ultime Légende et les totems gagnés à chaque kill vous permettent d’obtenir les armes d’Ultima.

L’arme PLD d’UwU

De mon point de vue, Ultima est l’ultimate le plus facile et à la portée de tous. Il est même le combat idéal pour vous initier aux contenus de type fatal. Pourquoi ? Parce que tout le monde connaît Garuda, Ifrit et Titan. En combat normal, brutal ou encore extrême, nous les avons vus et revus, bref, nous connaissons d’ores et déjà par cœur leurs mécaniques. Il est ainsi plus facile de comprendre les premières phases de cet ultimate, en rajoutant seulement la nouveauté de la mécanique d’Eveil.

La P1 face à Garuda est une très bonne « mise dans le bain » : la P1 est simple mais tout de même avec des subtilités qui demandent quelques reflexes. Sa mécanique d’Eveil consiste à devoir « nettoyer » le debuff de vent de quatre personnes lorsque celui-ci atteint deux stacks. Chaque fois qu’une personne avec deux stacks de vent « nettoie » (il le perd donc) son debuff, Garuda gagne un stack d’Eveil. Ainsi il fallait une organisation sur qui « clear » son debuff à quel moment de sorte à savoir qui éveille la Furie des Tempêtes, qui n’a plus du tout de debuff à la fin de la phase, et qui conserve les leur (il y aura encore besoin de ces stacks de vent pour une mécanique à la toute fin du combat, durant la phase contre Ultima).

J’étais donc Invocateur pour ce combat et j’étais l’une des personnes attitrées pour garder mon debuff jusqu’à la fin du combat où je devais encaisser un « tank buster » en récupérant le lien de Garuda.

Sinon je trouvais la P1 simple mais suffisamment dynamique pour nous mettre directement dans le bain du fatal : réflexes d’une part, d’autre part, et surtout, pour le DPS Check. Garuda reprend son code de son combat de Primordiale où elle fait tomber des plumes en guise d’adds sur l’arène : il nous faut donc les tuer TRES rapidement pour ne pas être endormis, et donc, mourir bêtement puisque nous sommes à la merci du boss … L’autre difficulté qui m’a d’ailleurs appris à devoir monter le son de mon jeu, c’était la tombée de ses plumes sur le sol.

Autant le dire, à peine avez-vous le temps de voir l’AoE apparaître sur le sol, qu’il est déjà trop tard. Garuda jette une AoE sur chaque joueur, et il n’y a qu’un moyen sûr de l’esquiver : le bruit. En effet contrairement aux autres combats contre la miss, elle annonce cette mécanique par un cri soudain et très strident. Vous savez que vous devez bouger dès qu’elle hurle, il est donc très important de jouer avec le son et d’avoir un énorme réflexe de se déplacer ! J’ai beaucoup aimé jouer sur ça d’entrée de jeu sur le combat.

Je n’ai en revanche pas grand-chose à dire sur la P2 tant Ifrit était excessivement simple. En tant que distant, c’était à moi que revenait la tâche de gérer une partie de la mécanique d’Eveil avec mon MCH. L’Eveil d’Ifrit se faisait au niveau de ses clous au sol : les distants devaient bait des Eruptions sous les clous de sorte à les faire grossir. Deux Eruptions sous un clou était le maximum que nous pouvions faire (sinon l’add prenait un buff de défense trop élevé). Il y avait quatre clous, et chaque fois qu’un clou ayant subi deux Eruptions était détruit, le boss prenait un stack d’Eveil. Vous arrivez à suivre ? En conclusion, basiquement, si vous tombiez les clous alors que les distants n’avaient pas bien fait leur mécanique, il était impossible d’éveiller Ifrit.

Sinon, la seule « difficulté » de la phase était de repérer les patterns des dashs des clones d’Ifrit pour savoir par quel cardinal il fallait commencer et dans quel sens il fallait tourner pour les éviter.

La P3 contre Titan en revanche demandait bien plus de practice à cause d’une mécanique qui arrive très rapidement dans le combat : les geôles. Trois personnes étaient condamnées à se faire enfermer, et il fallait aligner les geôles de sorte à former une ligne entre les AoEs du fond et le boss : en explosant, elles formaient des puddles au sol qui « nourrissaient » le boss, et permettaient donc de lui donner ses quatre stacks d’Eveil. La mécanique d’Eveil la plus simple du combat sur le papier donc … En revanche dans l’enchaînement et le cœur de la bataille, la confusion était rapidement présente entre, qui se met devant le boss, qui se met au milieu, et qui se met derrière. Il était indispensable d’être très rapide pour call sa position à ses mates sans céder à la panique. (La mécanique est en effet TRES rapide !)

En fait la phase de Titan se basait essentiellement sur la rapidité d’exécution des mécaniques pour esquiver ses attaques, mais la réelle difficulté restait les geôles.

Je n’ai pas grand-chose à rajouter en ce qui concerne la phase des adds, si ce n’est que je n’ai jamais été aussi contente de jouer Invocateur pour ce combat : c’est si rare de se permettre une LB3 caster ! Mieux, elle était OBLIGATOIRE !! Trop bien de déployer ses petites ailes de Bahamut et démolir tous nos adversaires en même temps. Mais plus sérieusement, c’est un moment assez unique du fait que c’est le seul combat existant où l’on peut enchaîner autant de LB3 à la suite.

Suite à cela, nous assistions à la cinématique de transition où Ultima fait son entrée en grande pompe. Je n’avais jamais vu la scène avant cela, et quelle réaction m’a abritée lorsque j’ai vu la machine allagoise se saisir un à un des Primordiaux pour les … dévorer. Mention spéciale pour le craquement des os de Garuda ! Une transition un peu glauque qui laisse place à une phase bien plus mémorable que les précédentes.

A mes yeux, le réel combat d’UwU commence à partir de la dernière phase, lorsqu’Ultima a fini son petit repas crunchy pour nous tenir tête. On retrouve des codes de mécaniques de combat dignes d’un quatrième palier de sadique, avec des enchaînements d’attaques et de placements à exécuter à la perfection. Ultima base ses mécaniques sur celles de son Défi de l’époque, mais en mêlant aussi celles des trois Primordiaux en même temps. L’erreur n’est donc plus du tout permise à ce stade du combat puisque le moindre fail nous ramène à la case départ et qu’il reste essentiel que les huit joueurs restent en vie pour le bon déroulement des stratégies – et accessoirement, pour le DPS Check.

Son enrage est probablement la pire, même s’il « respecte » un minimum l’équipe en faisant partir les healers en premier, puis les tanks, et enfin les DPS. Ses cibles se basent sur leur DPS à l’instant T et il les capture les unes derrière les autres.

Je ne saurais pas dire si c’est compliqué de tanker ou de healer dessus, il s’agit de mon premier ultimate sous tous les angles. Déjà à l’époque de SB, j’avais fait un premier – mais court – prog dessus avant de quitter mon roster. Puisque j’avais déjà de l’exp dessus, j’ai décidé de terminer ce que j’avais commencé et ce fut ainsi le premier ultimate que j’ai tombé.

Je ne sais pas quoi rajouter de plus à ce stade de l’article. Ultima en terme de difficulté, est le combat fatal qui m’a le moins marquée, mais il reste gravé dans ma mémoire en tant que première expérience de l’ultimate. Je le conseille vraiment vivement à quiconque a envie de se tester là-dessus : c’est le meilleur moyen de voir si vous êtes suffisamment patients et tenaces pour aller jusqu’au bout.

Pensez-vous commencer par celui-ci également si vous souhaitez vous lancer dans l’expérience ultimate ?

Tout premier screen de mon tout premier clear !

5 réflexions sur “La Fantasmagorie d’Ultima (fatal)

  1. Après avoir atteint l’enrage de Garuda moi et mon roster de l’époque avons finis par abandonner par manque de motivation.

    À la suite de mon gros come-back sur le jeu, je suis sur-motiver à dépasser les montagnes et accomplir les ultimates que je n’ai pu accomplir à l’époque !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s