L’Abîme Infini de Bahamut (fatal)

The Unending Coil of Bahamut (UcoB) en anglais.

Passons donc aux choses sérieuses en abordant le tout premier contenu de type fatal de FFXIV ! Un combat qui aura réveillé les souvenirs des « anciens » de FFXIV, ayant connu ARR à ses débuts jusqu’à aujourd’hui. Pour le débloquer et pouvoir mettre les pieds dessus, il faut avoir vaincu Néo-Exdeath dans le Deltastice v.4 (Sadique). Votre niveau est automatiquement synchronisé au niveau 70 quand vous entrez dedans, pour un ilvl maximum de 345.

UcoB est le premier contenu fatal à être arrivé sur FFXIV, à la sortie du patch 4.11. De par son côté inédit et sa difficulté extrême à l’époque, il aura fallu onze jours de World Prog avant que la première team ne parvienne à venir au bout de la bataille.

UcoB se divise en cinq phases.

  • La P1 nous amène face à Gémellia (Twintania en anglais).
  • Puis la P2, face à Nael deus Darnus.
  • La P3 nous fera trembler face à Bahamut-Prime et ses six trios (nom donné à ses grandes mécaniques de la phase où il sera accompagné de Gémellia et Nael en même temps).
  • La P4 sera la « phase des adds », il s’agit basiquement de tuer définitivement Gémellia et Nael. Il faut les tuer sensiblement en même temps : la mort de l’un, enclenche automatiquement le cast de l’enrage de l’autre.
  • La P5 enfin, se déclenche après une magnifique transition forçant l’intervention de Phénix : nous voilà dans la dernière ligne droite en affrontant le terrible Golden Bahamut !

La réussite de ce combat vous débloquera le titre de La Légende et les totems gagnés à chaque kill vous permettront d’obtenir les armes du Dragon-Dieu zêta.

L’arme de SMN d’UcoB

De mon côté, je trouve qu’UcoB est le fatal le plus sportif mentalement à l’heure actuelle. Et encore, j’ai connu le combat alors que ShB était déjà sorti, et donc un DPS check simplifié du fait de la synchronisation de niveau. Je n’ai jamais connu les raids Bahamut premiers du nom avant UcoB, c’était pour moi mettre totalement les pieds dans l’inconnu.

UcoB est le deuxième ultimate que j’ai tombé, j’y suis allée peu avant la sortie de la 5.3, alors que j’étais encore Invocateur. Mais mon roster à l’époque et à ce moment précis, a connu bien des déboires et imprévus, allant de fil en aiguille jusqu’à la perte de nos deux healers : nous n’avions qu’un autre healer et un autre DPS sous le coude … J’avais alors déjà manifesté mon envie et ma motivation de devenir officiellement main AST pour le prochain tiers de sadiques à la 5.4, l’occasion pour moi alors de me tester sur ce nouveau rôle, avec lequel je n’avais joué que très occasionnellement sur du sadique (et encore, c’était sur SB). Une double victoire personnelle donc le jour où Ucob est tombé, et une preuve pour moi que j’étais réellement prête à devenir healer à temps plein pour le contenu HL à l’avenir !

Au final, la P1 ne m’a pas dépaysé tant que ça, tant niveau SMN qu’AST. De tous les fatals, Gémellia est probablement la plus simple à passer. A vrai dire pour être honnête, j’y suis allée le premier soir sans avoir vu le moindre guide, je ne connaissais que les grandes lignes de la première phase et en moins d’une heure, nous étions déjà sur Nael … Les seuls vrais accidents de parcours, c’était des petits oublis des Twisters … Ah ces satanées tornades, petites, mais ravageuses !!

Mais Nael, parlons-en. Le raid à l’époque sur la jeune femme faisait déjà bien trembler de ce que j’en ai entendu, et bien, elle porte très bien sa réputation. Pour l’avoir fait plus tard avec ma première CL du jeu, je savais donc que la P2 d’UcoB reprenait les codes de la P2 de Nael première du nom sur ARR. Debuffs de foudre, de feu, de glace, les dives des dragons à gérer mais le pire … Le pire était les citations de Nael. Share, spread, in ou out, certains patterns du combat se faisaient uniquement par une phrase prononcée par le boss. Et évidemment, ce n’était pas une phrase doublée que l’on pouvait entendre à l’oreille, non, c’était une petite bulle de texte au-dessus de sa tête (ou dans le chat log) que l’on manquait une fois sur deux parce qu’on était déjà en train de faire autre chose !

Oh une citation de Nael ! L’image a été prise d’une vidéo de PoV d’Ilya Dalamiq (Cerberus).

Il existe quatorze phrases de citation pour Nael, soit quatorze patterns différents, je crois que je n’ai jamais été aussi attentive aux calls de mon raid lead.

La P2 a été très épuisante pour moi en AST, je trouvais ça compliqué de gérer mon heal en plus des mécaniques qui n’étaient annoncées que discrètement par des debuffs à côté de nos noms dans la liste d’équipes (ou dans notre barres de debuffs personnels). La seule chose que l’on pouvait voir réellement à l’écran, c’était la marque des dives sur nos têtes indiquant que les dragons au bord de l’arène allaient nous dash dessus. Et évidemment, le moindre fail était synonyme de wipe dans la majorité des cas …

Bref, rien que l’idée de savoir qu’à chaque wipe, je devais repasser par la case P2, je prenais sur moi !

La P3 en revanche était vraiment sympa. Accompagnée de la sublime musique Answers, on se retrouvait plus qu’au cœur de la bataille contre Bahamut. En fait, je crois même que c’était ma source de motivation pour réussir à faire la P2 sans flancher. Faire les trios de Bahamut était plaisant et dynamique, mais je reste traumatisée par le trio Heavensfall où nous devions nous placer de sorte à ce que Nael nous pousse dans des tours. Les tours pouvant pop absolument PARTOUT au bord de l’arène et de façon complètement aléatoire d’un pull à l’autre, je devais prendre la quatrième en partant de la gauche. Des fois elle était à côté de moi, des fois je devais me taper un sprint digne de ce nom pour ne pas la louper au risque de causer un wipe. Elle m’aura fait transpirer jusqu’à la P3 même cette Nael !!

Je n’ai pas grand-chose à redire la phase des adds en revanche. C’était un mix entre les mécaniques de la P1 et de la P2, si on écoutait les calls correctement de notre RL tout en respectant nos placements respectifs, ça passait bien. Bon, il y avait des accidents parfois à cause des Twisters mais ça … Un vrai combat de Gémellia ne serait pas un vrai combat s’il n’y avait pas au moins un moment où quelqu’un marche dans une tornade ! Je pense d’ailleurs que mon sort Synastrie n’a jamais autant servi en AST dans la mesure où les deux tanks étaient sollicités durant cette phase.

Petit aparté pour ceux qui ne connaissent pas l’AST, Synastrie est un « lien » que l’AST met entre lui et sa cible, et chaque fois qu’il utilisera un GCD de heal monocible sur quelqu’un, l’équipier lié par la Synastrie recevra 40% des soins que la cible a reçu, pendant 20 secondes. En gros, c’était mon moyen de pouvoir soigner mes deux tanks en même temps lors du second double tank buster.

Et une fois les deux complices du dragon vaincus, on assistait à la cinématique de transition, très surprenante la première fois quand on ne connaît pas : on meurt tous, achevés par Bahamut … Un silence de « mort » (pardon pour le jeu de mots) pendant quelques secondes où on se demande où est-ce qu’on a planté, pourquoi n’a-t-on pas l’écran noir qui signifie le wipe ? Et hop, un petit Phénix apparaît pour mettre à terre notre adversaire et nous remettre tous sur pied, avec un joli petit buff de DPS en prime. Une furie qui pousse Bahamut à prendre une nouvelle forme.

Golden Bahamut est ironiquement la phase la plus facile du combat bien qu’extrêmement punitive en cas de fail. Un fail = une mort. Une mort entraîne la perte du buff de DPS sur la personne concernée, octroyé par Phénix au début de la phase, au risque donc de ne plus parvenir à passer le DPS Check. Golden Bahamut se traduit par un schéma de share + tank buster + set d’ExaFlares. En boucle jusqu’à l’enrage.

Malgré la « simplicité » sur papier de la phase, je peux vous dire que j’en ai gardé des séquelles et que la vue d’un ExaFlare désormais réveille des souvenirs de guerre !

Mais plus sincèrement, j’ai transpiré en healer durant cette phase, le share du Morn Afah pouvant nous tuer facilement deux/trois fois (en terme de dégâts purs) sans mitigation, il fallait absolument que tout le monde sache ce qu’il avait à faire et quelle mitigation il devait mettre à quel moment. J’avais la « chance » d’être un AST Nocturne sur ce combat après le rework de l’Inconscient Collectif (mettant une mitigation de 10% pendant 20 secondes), ce qui était un énorme atout au vu de son CD très court, mais je me suis quand même demandée comment avaient fait les équipes de l’époque de Stormblood, avant tous ces nouveaux avantages.

Et voilà pour mon retour d’UcoB. Malgré l’épuisement et la difficulté, je suis heureuse d’avoir pu faire ce combat et connaître un semblant de l’époque d’ARR au travers de celui-ci. Des trois ultimates, c’est réellement celui qui m’a le plus marqué. Les mécaniques étaient saisissantes et on en ressentait tous les marqueurs de l’époque au travers. J’ai adoré le remix d’Answers pour la dernière phase, qui collait très bien à l’ambiance « dernière ligne droite » !

Pourtant, hélas, avec l’ambiance qui s’était dégradée dans mon roster à l’époque du kill, les gens se sont contentés de rusher après les clears, et je n’ai pas pu prendre le moindre screenshot en guise de trophée pour notre kill … J’ai essayé de retrouver la vidéo de notre premier down, mais il semblerait que notre MCH de l’époque ait supprimé l’intégralité des vidéos de sa chaîne Twitch.

Alors, est-ce que vous avez envie un jour d’aller vous frotter à cette joyeuse équipe draconienne ?

8 réflexions sur “L’Abîme Infini de Bahamut (fatal)

  1. cette article m’évoque pleins de souvenirs !

    Étant le premier ultimate de sortie, j’ai passé énormément de temps à suivre des livestream de joueurs en pleine progression sur ce contenu, cette époque nostalgique pour moi ou je jouais que barde et ne voulais pas jouer autre chose je rêvais de découvrir cette ultimate et de le kill afin d’avoir le skin de barde.

    cette première expérience d’ultimate fus un échec avec mon ancien roster, nous avons arrêter par manque de motivation et j’étais resté bloqué à la mécanique des crachat de feu de gémeliat

    Aimé par 1 personne

    1. C’est dommage ! UcoB est très sportif mentalement à partir de la P2 mais il n’en reste pas moins incroyable. Je trouve personnellement qu’aujourd’hui encore, son titre de La Légende a plus de valeur que n’importe quel autre titre 🙂

      J'aime

  2. Je viens de tomber sur ton blog par hasard alors que je cherchais des infos sur ucob, ça donne envie de s’y mettre, j’ai l’impression que les mécaniques un peu à l’ancienne sortent des clous par rapport aux autres ultimate, et la dernière phase est tellement classe. Par contre je suis surpris d’apprendre que c’est le plus dur alors que le DPS check est moins sympathique sur TEA :s je m’y mets dans quelques jours, hâte de voir ça…

    J'aime

    1. Le DPS check est simplifié aujourd’hui du fait de la synchronisation de niveau mais j’ai eu beaucoup de retour comme quoi à sa sortie, UcoB demandait de serrer les fesses. Sinon quand je dis que c’est le plus difficile, je parle de mon point de vue, et surtout concernant les mécaniques. C’est le fatal qui m’a le plus épuisée au fil du combat ^^ Je t’y encourage en tout cas, il vaut vraiment la peine d’être vécu je trouve alors qu’ironiquement à la base, c’était l’ultimate qui m’intéressait le moins aha. Sans doute parce que je n’avais pas connu l’époque des raids Bahamut d’ARR ?

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s