Les contenus de type « fatal »

C’est avec la demande explicite d’un membre de ma CL (Aoi coucou !) et les encouragements d’autres proches, que je me lance finalement dans l’écriture de cet article que je ne pensais pas faire à l’origine.

Shadowbringers a été pour moi l’extension de tous les défis, où j’ai voulu me lancer de véritables challenges, donner le meilleur de moi-même et me surpasser personnellement dans le jeu. Que ce soit des objectifs pour les étages de sadiques et même plus haut : les contenus de type fatal. Les ultimates sont LE challenge ultime à relever dans FFXIV, il m’aura fallu un an avec un prog de savage entre, pour tomber les trois combats existants à difficulté élevée : autant dire que l’extension a été une réussite pour moi.

Ainsi, on m’a encouragée à partager mon point de vue et mes expériences sur les ultimates du jeu, et je ne pensais pas me faire une joie d’en parler publiquement un jour. J’espère faire de cet article, un résumé sans la moindre prétention, mon avis reste purement subjectif.

Les contenus ultimates de FFXIV sont-ils à la portée de tout le monde ?

Ah oui, j’étais aussi dans ma période de mods à l’époque …

La question revient souvent quand on en parle, ma réponse sera oui et non. Tout le monde peut faire de l’ultimate sur papier, mais ce contenu touche malgré tout une infime minorité de la communauté : elle n’intéresse pas, le niveau est trop élevé, les gens n’ont pas les épaules ou les compétences pour, etc.

Beaucoup vous diront que pour tomber un ultimate, il vous faudra maîtriser votre job à la perfection. C’est vrai, mais pas l’entière vérité pour autant. A mes yeux, tout vient du mental au premier abord et demande des qualités essentielles pour votre jeu en groupe. Car oui. Il est possible mais très rare de voir passer des PFs pour les ultimates. Ces combats se font à 99% des cas par le biais d’un roster afin de favoriser la communication et la facilité d’établir des stratégies. Mais qui dit jouer en groupe, dit qualités, comme dit juste avant.

La patience est à mon goût la qualité la plus importante quand on se lance dans le contenu HL, que ce soit un sadique ou un fatal. Elle s’accompagne par ailleurs du respect d’autrui. L’ultimate, c’est se lancer en moyenne dans un combat durant entre 17 et 20 minutes. Chaque wipe vous ramène à la P1 du combat : au début ce n’est rien, puis vos nerfs commencent à être mis à rude épreuve lorsque vous arrivez à la P3/P4. Vous avez sans doute appris la théorie des stratégies, mais avez du mal à les mettre en pratique … ou vous allez au contraire apprendre très vite, mais vos mates n’auront peut-être pas cette chance : chacun progresse à sa façon. De ce fait, il est extrêmement important de faire preuve de patience et laissez les autres apprendre à leur rythme également. Faire preuve d’impatience, c’est mettre votre équipe et votre prog en danger. Leur manquer de respect est encore pire, et à part risquer de vous faire kick ou d’être mal vu, vous n’y gagnerez pas grand-chose … De la même façon, ne cherchez pas à être exigeants envers vous-mêmes, soyez patients avec vous avant tout …

La communication est le point qui suit directement le premier. S’il n’y a pas de communication dans un groupe, vous répéterez les mêmes erreurs en boucle au risque d’amener de la frustration pour vos coéquipiers comme pour vous. Vous n’arrivez pas à passer une mécanique que vous pensiez comprendre ? Vous avez un doute sur quoi faire à quel moment ? Vous êtes tank ou heal et ne savez pas quel(s) CD(s) serai(en)t le plus adapté au groupe à un timing précis ? Prenez deux minutes entre deux pulls ou pendant le briefing/debrief du roster pour en parler et poser votre question. Et au-delà de tous ces points techniques, rappelez-vous que vous êtes tous des êtres humains derrière l’écran.

L’adaptabilité. C’est déjà un énorme point fort voire essentiel sur le dernier palier de sadique, savoir vous adapter vous sera indispensable sur le fatal en cas d’imprévu ou de pépin. Il rejoint d’ailleurs le point précédent : il faut savoir communiquer en direct avec votre équipe pour dire que vous vous êtes trompés, afin que quelqu’un d’autre s’adapte et prenne votre place pour faire la mécanique à votre place. Dans tous les cas, restez calmes.

La panique. Restez calmes en toutes circonstances. Par expérience personnelle, j’ai souvent vu mes rosters céder à la panique sitôt qu’on voyait une nouvelle mécanique, si quelqu’un se trompait dans ses mouvements, ou pire, si on voyait qu’on était à deux doigts de frôler le kill. Céder à la panique, c’est vous mettre en danger ainsi que votre groupe, et plus globalement, votre run. Même si votre groupe commence à paniquer, essayez un maximum de ne pas stresser et de rester concentrés sur ce que vous faites. Après coup, n’hésitez pas à faire remarquer à votre groupe qu’ils n’ont pas adopté la bonne attitude : ce n’est pas grave s’il y a une erreur quelque part ou si on avance dans l’inconnu ! C’est le but même du prog d’avancer sans réellement savoir où on va, jusqu’au kill.

La bonne entente. Bien que les objectifs et les enjeux soient réellement sérieux pour n’importe qui en ultimate, il reste essentiel que le groupe soit soudé, respectueux, et s’entende bien. Vous êtes en raid pour tomber un contenu, vous n’êtes pas obligés de tous vous aimer, mais il reste indispensable de se respecter et de démêler les nœuds quand il y a un accrochage : si vous ne prenez pas le temps de discuter après un problème (comportement ou autre), vous prenez le risque de trop prendre sur vous, de vous frustrer, et d’apporter une mauvaise ambiance. Personne n’aime raid dans une ambiance de mort. Bien sûr cela ne signifie pas qu’il vous faudra parler 24h/24 pendant les runs … bien au contraire.

La remise en question. Soyons honnêtes : vous n’aurez pas toujours raison sur tout. Si vous avez fait des erreurs et/ou un raisonnement qui n’a pas convenu au groupe, c’est à vous de débattre de votre point de vue, et en cas d’échec, de réaliser votre faute. Être têtu ou bouder l’équipe ne vous aidera en rien et ne fera qu’apporter la mauvaise ambiance autour de vous. De plus, se remettre en question est essentiel pour ne plus reproduire les erreurs des runs précédents.

La concentration. Elle englobe tous les points précédents et c’est ce qui m’a permis de progresser durant la 5.0. Pendant un prog, un weekly ou un logrun, je m’enfermais dans ma bulle pour rester concentrée, tout en laissant une petite fenêtre ouverte pour écouter mes mates en cas de besoin : communiquer ou m’adapter au besoin. C’était d’autant plus essentiel pour UcoB et TEA (et le dernier palier de sadiques à la 5.4) où je suis passée healer et qu’il m’était essentiel d’écouter mes tanks et mon co-heal, si jamais ils avaient un pépin dans leur rotation – un heal mal placé, un missclick de CD, etc. Ca ne m’empêchait pas non plus de temps à autre de discuter pour plaisanter avec mes camarades, mais jamais en étant dans l’abus. Amusez-vous, oui, mais restez concentrés ! Des fois le silence n’est pas synonyme de mauvaises ondes non plus mais allié de la concentration si cela est nécessaire.

La théorie et la pratique, savoir connaître ses priorités.

La cinématique de fin, une fois Perfect Alexander détruit

Je ne compte plus aujourd’hui le nombre de personnes que j’ai rencontrées (alors que la plupart n’avait jamais mis les pieds sur les contenus concernés) qui m’ont dit « oh j’ai vu la strat de truc, c’est tellement nul tellement c’est facile ».

C’est facile de juger une stratégie sur papier. Un contenu ultimate c’est quoi ? C’est un contenu déjà existant avec des mécaniques déjà existantes (bien que remixées pour la plupart), revu de sorte à en faire un combat très long et extrêmement punitif. Les mécaniques peuvent être faciles sur papier, il n’empêche qu’elles s’enchaînent très vite, et la moindre erreur est synonyme à 95% de wipe du groupe ! Tout, absolument tout, vous tue sur un ultimate si vous ne gérez pas les mécaniques et/ou la mitigation. Et il y a un enrage sur chaque phase si vous n’êtes pas capables de passer le DPS Check. Le mode unsync est impossible pour ce type de combat.

Il n’y a aucun secret là-dedans, oui, l’ultimate, c’est comme le reste des contenus, c’est « facile » sur la théorie – et encore, ça dépend des ultimates, des phases voire des mécaniques en question. En revanche, vous n’irez pas loin sans la pratique. Regarder une vidéo ou un PoV vous semblera un jeu d’enfant, pourtant, rien ne remplacera le fait de mettre vous-mêmes les pieds dans le contenu pour savoir quel(s) CD(s) mettre à quel moment, comment gérer un tank buster, un raid buster, une mécanique, ou même jusqu’à votre propre rotation de DPS.

Et surtout rappelez-vous : la moindre erreur vous fera wipe. Le moindre wipe vous ramène en P1 et vous oblige à recommencer du début pour retourner prog la phase et/ou la mécanique que vous êtes en train de travailler avec votre groupe.

Là où c’est important de connaître ses priorités, ce sont les phases justement. Comme dit plus haut, chaque phase d’un ultimate a son enrage, il est donc important de bien jouer et connaître sa rotation de DPS pour passer le DPS Check de la phase/du combat. Votre priorité absolue sera d’apprendre et maîtriser les mécaniques. Comme dit dans mon guide sur le DPS, ce n’est qu’en comprenant la mécanique que vous faites, et la faire à répétitions, que votre DPS augmentera de lui-même : vous commencerez à prendre confiance, vous taperez plus pendant la mécanique, et ça finira par aller comme sur des roulettes.

Bien que certains le font pour leurs performances et objectifs personnels, le contenu fatal du jeu n’a pas été conçu pour être une course au DPS, mais pour être tombé, tout simplement.

Et maintenant et pour l’avenir ?

L’avenir m’amènera je l’espère au patch 6.11 où normalement les développeurs devraient nous amener une version alternative de la Guerre du Chant des Dragons, sous-entendant une future bataille à venir contre Nidhogg et Thordan. La seule image que nous avons eue à l’heure actuelle était une image représentant le sommet de la Voûte, et un premier teaser nous annonçant la première arène carrée d’ultimate (jusque-là, elles ont toujours été rondes !).

Pour maintenant, je me contente d’une grande fierté et d’une satisfaction, et surtout d’un soulagement. Faire les ultimates a été pour moi une immense expérience personnelle au-delà d’un jeu. J’ai toujours été une personne compréhensive et patiente pour le HL mais le fatal m’a permis de développer ces qualités et surtout d’apprendre à mieux respecter les gens à mes côtés. Au final, nous restons des humains derrière nos écrans, avec des soirées qui passent bien ou pas selon les choses qui nous affectent aussi IRL …

Je ne dis pas, j’ai eu des hauts, des bas, parfois je craquais un peu d’impatience, mais en discutant avec mes camarades, je finissais par repartir sur le bon chemin. Il y a eu des accrochages, des gens qui n’étaient pas si compréhensifs et avec qui le feeling n’est pas passé, mais ça ne m’a pas empêché d’aller au bout de mon objectif. A l’inverse, il y a eu des rencontres que je ne suis pas prête d’oublier et je suis même ravie d’être restée en contact avec de nombreux membres de mes rosters de fatal !

Bref, j’espère avoir su expliquer mon ressenti et mon point de vue sur les contenus de type fatal, pour vous donner une idée de ce que j’ai vécu et ce que j’estime important comme valeurs pour se lancer dans cette expérience unique. Je pense qu’un ultimate peut être à la portée de n’importe qui sitôt que la personne accepte de se remettre en question, fait preuve d’une patience sans faille et surtout admet pouvoir/devoir s’améliorer si elle a des lacunes.

Il ne faut pas avoir peur des « gens qui mordent », je l’ai appris moi-même au cours de ces deux dernières années sur FFXIV : les gens avec qui vous vous battez dans le contenu HL, ce sont des êtres humains adorables qui sont prêts à vous aider si vous êtes prêts à laisser la peur ou l’égo de côté pour dire « j’ai besoin d’aide ».

J’espère que ça vous a plu, mais encore une fois, tout ceci est mon propre ressenti, de mon propre point de vue. N’hésitez pas à partager avec moi vos expériences, voire vos questions ou encore vos craintes : ma porte est ouverte !

Je vous retrouve dans les trois articles suivants où je développerai un peu plus les trois ultimates de FFXIV :

A bientôt !

10 réflexions sur “Les contenus de type « fatal »

  1. Merci pour cette article vraiment intéressant !

    j’ai toujours eu envie de faire les ultimates mais me dénigrais sans m’en rendre compte et me trouvant toutes sortes d’excuses me disant qu’ils s’agissais d’un contenue qui ne m’étais pas destiné.

    J’ai encore plus envie de me dépasser afin d’accomplir cette objectif !

    Je partage le même avis au sujet des ultimates, le plus important est de rester motiver et être un bon mate afin de pousser le groupe vers le haut dans les bons comme dans les mauvais moment.

    Ayant encore quelques lacunes ( je cède souvent à la panique à l’approche du kill ) j’ai maintenant toutes les cartes en mains pour progresser dans ce domaine et devenir meilleurs

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne me prétends vraiment pas la meilleure dans ce domaine et mon avis reste subjectif. Si tu as des questions ou des besoins spécifiques, je serai ravie d’y répondre !

      J'aime

  2. Merci pour ton article encore une fois détaillé et très clair.
    Rien qu’en le lisant, ça me fait remarquer que j’ai perdu mon temps à ne pas me lancer dessus rapidement (pas confiant sur le fait de le kill ou alors que je n’ai pas les qualités requises) mais bon, maintenant je me sens plus confiant grâce aux streams que j’ai pu voir dessus et je mets les fatals dans « mes choses à réaliser sur FFXIV ».
    J’avais beaucoup d’appréhension au niveau du temps de progression car lorsque j’entendais des gens dire qu’il avait mis plus de 6 mois voire un an pour tomber un fatal, cela me refroidissait.
    Avant la prochaine extension j’ai envie de m’y mettre mais à la 6.11, j’y mettrais les pieds quoi qu’il arrive.

    Aimé par 1 personne

    1. Sans vouloir être mauvaise langue, les rosters qui mettent six mois voire un an (UN AN ???), c’est qu’il y a d’énormes soucis au sein du groupe ou qu’ils s’y sont pris au mauvais timing (prog savage entre ?). J’ai mis en moyenne deux à trois mois pour chaque ultimate à coup de 3/4 soirs/semaine, et Dieu sait que j’ai eu des déboires dans certains de mes rosters. Surtout pour UcoB où on a eu facilement la moitié de nos soirées qui avaient sauté au mois d’août. 😡

      J'aime

  3. Tout dépend vraiment du mentale du groupe et de la communication. Dans un roster vous devez vous soutenir et non vous lancer des piques au moindre fails. Entre aidez vous et ça ira bien. D’ailleurs quand j’étais sur TEA j’avais un viewer sur mon stream nommé Tsuru aussi. Du coup si, Tsuru, tu es cette même personne, je te remercie d’avoir suivi notre prog et espère que ça t’a encouragé à partir à la conquête des Fatals.
    (Tu était aussi sur DRS si je ne m’abuse aussi ?)

    Aimé par 1 personne

    1. Oui en chair et en os, je regardais ton stream dans l’unique but de voir Scarlett fail, ce que j’ai vu rarement.
      Oui j’étais sur DRS mais j’ai dû m’arrêtais avant qu’ils commencent à le clear donc je l’ai loupé mais osef.
      GG encore à vous, ça a été un plaisir de voir ton stream et surtout de le voir en POV paladin.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s