Les Ténèbres de la Vérité (patch 5.1 – 5.5)

Et voici la suite de l’épopée Shadowbringers, allant du patch 5.1 jusqu’à la 5.5 inclus !

Sommaire

Le Retour des Héritiers

Bien que la 5.0 ne se termine pas « réellement » ainsi, je préfère ajouter les dernières scènes de cette épopée dans la suite puisqu’elles contribuent déjà à la transition des patchs suivants.

Les dernières cinématiques sont d’une part un rendez-vous à la fête : Emet-Selch de retour dans l’éther et l’âme de notre héros étant sauve, le premier reflet est sauvé et la Lumière a disparu. Il n’en reste que quelques purgateurs rebelles et errants ici et là.

D’autre part, du côté du monde primitif, une bonne pour deux mauvaises nouvelles s’annoncent. En attendant que les Héritiers réfléchissent au moyen de rentrer sur leur monde d’origine, notre héros s’occupe de faire la transition entre les deux puisqu’il est le seul à pouvoir voyager pleinement entre les mondes. La bonne nouvelle ? Aucune nouvelle de la rose noire qui devait faire office de 8è fléau. La première mauvaise nouvelle, le conflit entre Garlemald et l’Alliance s’enlise.

La seconde mauvaise nouvelle : l’Empereur Varis a été assassiné par Zenos en personne. Ce dernier semble avoir fait d’une pierre deux coups en récupérant son corps. Non seulement il avait commis l’exploit d’éjecter l’âme d’un Ascien de son enveloppe charnelle, mais il a mis fin aux jours de son propre père. Connaissant toutefois Zenos et son désintérêt total pour la guerre et la conquête, il était certain que son acte allait mettre l’Empire sens dessus dessous et que les rebellions et coups d’état allaient s’enchaîner …

Bien que l’Alliance et notre « nouvel allié » gardent un œil sur l’agissement des garlemaldais, notre priorité chez les Héritiers est de ramener nos amis du premier reflet avant qu’il ne soit trop tard pour eux. De retour chez l’Exarque, ce dernier a bien une piste pour nous : retrouver Beq Lugg, un nu mou ermite qui s’est installé dans le palais abandonné du Cosmos Coruscant. Connu pour ses grandes connaissances et spécialités en ce qui concernent les âmes et l’éther, il était la personne idéale, mais se laissera-t-il approcher par des étrangers ?

Ne vous fiez pas aux allures chevaleresques et à l’architecture digne d’un conte de fée !

Sur place, son accueil n’est effectivement pas des plus chaleureuses, il faut savoir déjouer ses pièges et ses familiers pour obtenir un tête-à-tête et encore faut-il ensuite réussir à le convaincre de nous aider. Malgré tout, notre pouvoir de persuasion reste plus fort et nous rentrons à Cristarium avec le nu mou pour officialiser la collaboration.

Afin de commencer à étudier le sujet pour le retour des Héritiers, Alisaie a une idée : s’il faut toucher à leurs âmes, encore faut-il les comprendre et savoir comment les guérir. Qui d’autres avaient le plus besoin d’aide pour sauver leurs âmes que les contaminés de l’Auberge de Grand Départ ? D’une pierre deux coups, la jeune élezenne espère même pouvoir tenir sa promesse à Tesleen de sauver Haldric. Afin d’avoir un « outil » pour travailler sur la question, nos amis vont, à la demande de leur nouvel allié, chercher de l’argile pour pouvoir façonner un porxie.

Laissant Alisaie et Beq Lugg à l’étude en Amh Araeng, notre Guerrier va ensuite rejoindre Alphinaud à Eulmore où c’est une toute autre histoire qui se dessine. Avant de quitter le premier reflet, notre ami souhaite aider le peuple eulmorien à se reconstruire maintenant qu’ils n’ont plus de gouverneur. Pourtant le peuple est formel : Chai-Nuzz est à l’heure actuelle la personne la plus appropriée pour prendre temporairement les rênes de leur cité. Déboussolé, ce dernier avec l’appui de sa femme Dulia-Chai et Alphinaud, commence par rendre visite à tous les peuples de Kholusia pour tenter de réconcilier Eulmore avec et construire ainsi une base plus saine entre les différences sociales. Faire d’Eulmore une terre désormais accueillante et accessible à tous, petit peuple comme nobles. Des pas qui suivront bientôt ceux d’Ishgard de par la future création d’une assemblée générale avec des représentants de chaque classe sociale et villages alentours.

En guise de bonne foi, Chai-Nuzz se relance dans sa gestion des affaires des talos afin de donner de la main d’œuvre et un appui aux peuples dont les villages ont été ravagés par les attaques des purgateurs – et indirectement par Vauthry. Une alliance historique se forge alors : le chef du village d’Armistie deviendra son bras droit à Eulmore. Mais le plus dur pour notre Miqo’te timide reste à venir : son discours d’intronisation …

Alors que les choses avancent sur le premier reflet, c’est lors d’un nouveau rapport sur le monde primitif que notre protagoniste assiste à une réunion de l’Alliance en compagnie de Gaius. L’identité de notre « nouvel allié » des Héritiers est alors révélée : l’ancien général collaborait à Garlemald avec Estinien, et leurs découvertes sur place étaient inattendues. Alors que le chaos était en train de naître dans la capitale depuis le coup d’état de Zenos, le duo atypique a découvert dans les laboratoires garlemaldais le développement d’un projet et de machines inquiétantes : des prototypes d’Armes Anti-Primordiaux de type « Ultima », s’inspirant, comme son nom l’indique, de la machine allagoise Ultima Arma. Chaque chose en son temps, notre héros promet à Gaius de se pencher sur la question lorsque ses affaires le permettront.

Note : Il s’agit à partir de là, le développement de la quête annexe des Défis de ShB, « La Complainte de Werlyt » et débloqueront les combats contre les Armes et le scénario qui en est lié.

Appelé de nouveau dans le premier reflet, Alphinaud nous fait part d’une nouvelle inquiétante : des gens commencent à vouloir suivre les pas du Guerrier des Ténèbres et à vouloir faire le bien et la justice partout, quitte à se mettre en danger et foncer tête baissée. Notre ami nous demande donc de réunir les habitants de Cristarium pour faire d’une pierre deux coups : il est temps pour nous de lever le voile et révéler l’histoire des Guerriers de la Lumière de ce monde, ceux-là même qui avaient causé involontairement le Déluge de Lumière. Innocenter d’une part ceux qui avaient une réputation salie depuis trop longtemps, d’autre part, faire prendre conscience à la population qu’agir de la sorte peut susciter de lourdes responsabilités.

Hélas, notre discours est interrompu par la présence … d’Ardbert. Qui dément même nos paroles et encourage la population à agir en Guerrier de la Lumière. Ne souhaitant provoquer davantage de confusion, notre protagoniste tente une ruse des plus malines : il tend son poing vers Ardbert, clin d’œil à leur pacte et promesse scellés en haut de la tour de guet de Cristarium. Comme attendu, aucune réaction de la part du « fantôme », et lors d’un briefing en présence de l’Exarque, la conclusion est vite amenée : il ne peut s’agir que d’Elidibus. Seul Ascien originel encore vivant, il avait certainement dû sentir qu’Emet-Selch avait rejoint Lahabrea dans la mort, et dans ses derniers retranchements, il n’avait pas d’autres choix que de venir agir lui-même sur le premier reflet.

Alors que l’heure est aux questions et à l’idée d’un plan d’action, c’est Y’shtola qui nous appelle pour nous emmener à Rak’tika : les sœurs gardiennes de Fanow avaient découvert de nouvelles ruines et leurs contenus pourraient bien nous aider à comprendre quelque chose.

Les épreuves brillamment accomplies, c’est en effet une fresque et une histoire liée à elle qui semblent vouloir nous faire comprendre ce qu’Elidibus voulait faire à son tour en encourageant les gens à devenir des Guerriers de la Lumière …

Nous voilà dans le tombeau où est enterrée Tiuna, une ancienne héroïne de l’empire Ronka dont la fresque la mettait en scène sous une pluie de météorites. C’est Almet et ses sœurs qui la reconnaissent et nous parlent de ses exploits d’archimage. Y’shtola y reconnaît même les inscriptions gravées en-dessous : « sous une pluie d’étoiles, l’héroïne s’éveilla à son pouvoir ». Un pouvoir expliqué par Almet : voir la vérité et entendre la voix du cœur. Dès alors, Y’shtola et notre héros comprennent et parviennent à lire entre les lignes : cela ressemblait fortement au pouvoir de l’Echo, qui avait donc été éveillé au cours d’une pluie de météorites s’étant abattue dans la région à l’époque ronka. De plus, la fresque n’est pas sans rappeler celle où Amaurote est détruite par un désastre similaire, vision que nous a fait vivre Emet-Selch …

Y’shtola y fait un lien entre les études de Beq Lugg et ceci : l’âme et la mémoire sont intimement liées. Pour notre amie Miqo’te, toutes les paroles d’Emet-Selch prennent alors leur sens : nos âmes ayant été fragmentées suite aux actes d’Hydaelyn, il se peut qu’au fond d’elles, elles gardent un infime souvenir des événements qui ont ravagé le monde originel, et que la vision d’un phénomène similaire éveille en nous ces souvenirs lointains, sans savoir de quoi il s’agit réellement.

Malgré les interrogations de nos héros, il est temps de rentrer à Cristarium pour faire un point sur la situation mais les Ondos de Kholusia viennent alors implorer notre aide pour repousser une faction ennemie de leur peuple – les Flets. Ces derniers n’hésitent pas à sortir de leur cachette pour venir piller leurs ressources de nourriture et autres. C’est de nouveau avec l’aide de Bismarck que nous allons explorer les ruines où ils se sont cachés et d’une pierre deux coups : nous voilà dans une ancienne structure amaurotaine, très (trop ?) bien conservée depuis le temps. Un nouveau tour d’Emet-Selch dont nous n’avions pas connaissance ? Bienvenue à l’Anamnesis Anydre.

La reine des Flets vaincue, Y’shtola et nos amis Héritiers en profitent pour examiner les cristaux de souvenirs stockées dans les lieux. Une vision du passé sous forme d’hologramme se déclenche alors : les partisans d’une certaine Venat, qui s’étaient visiblement réunis et étaient donc à l’origine de l’invocation d’Hydaelyn. Une réunion au sommet dans un contexte où Zodiarche avait vraisemblablement déjà été invoqué et avait déjà fait de nombreux sacrifices dans la population pour restaurer l’ordre naturel.

Deux révélations de taille arrivèrent ainsi aux oreilles de nos héros : Venat était le noyau d’Hydaelyn, et Elidibus était en réalité le noyau de Zodiarche … Une annonce choc qui suscite alors de nouvelles interrogations : si Elidibus avait offert sa vie pour devenir Zodiarche, qui est l’homme à qui nous avons affaire depuis tout ce temps ? Alors que nous sommes rappelés à Cristarium, Y’shtola décide de rester sur place pour tenter de réparer la console que nous venions de casser et espérer lever le voile sur ce mystère.

C’est pourtant une scène des plus inattendues qui nous attend une fois de retour au pied de la Tour de Cristal : un faux apocalypse, une pluie d’étoiles filantes ! Une illusion créée de toutes pièces par Elidibus, qui confirme d’ailleurs l’hypothèse de Y’shtola dans les ruines : bientôt, une voix étrange et familière s’élève pour ceux qui peuvent l’entendre. La voix d’Hydaelyn, prononçant les mêmes mots que nous avions entendus à notre propre éveil. L’Echo était en train de naître dans le cœur de certains Cristariens. Elidibus ne chercherait-il pas à créer de nouveaux Guerriers de la Lumière pour espérer reprendre les plans d’Emet-Selch concernant les reflets ?

Une fausse pluie de météorites s’abat sur Cristarium

Pendant ce temps, dans le monde primitif, Zenos semble faire le même rêve apocalyptique d’Amaurote pour une raison étrange … et semble désormais s’être allié avec un Ascien étrange, et dont le but est à ce jour, inconnu.

Après un repos bien mérité sur le premier reflet, notre protagoniste souhaite en apprendre plus sur les Guerriers de la Lumière et se rend au cabinet des curiosités avec les jumeaux Leveilleur et Ryne. Après quelques recherches, le libraire nous donne un livre où il est expliqué que le premier Guerrier de la Lumière s’est donné lui-même ce titre, se disant « béni du Cristal » et bientôt considéré comme un héros. Au fil des âges, ces deux termes ont fini par être associés l’un à l’autre.

De son côté, Thancred nous fait un rapport sur la situation de son côté : Elidibus semble avoir déployé des Asciens de bas rang dans toutes les régions pour provoquer la même illusion qu’à Cristarium. Bien que la situation inquiète, il pense que Y’shtola a dû finir ses recherches à l’Anydre et décide de nous y emmener.

Hélas sur place, la Miqo’te est inconsciente et nous tombons droit dans le piège d’Elidibus : une épreuve de force pour récupérer notre amie. Il est bien naïf de nous sous-estimer et c’est sans mal, dans le décor à nouveau amaurotain, que nous parvenons à sauver notre amie et repousser notre ennemi. Y’shtola sauvée, elle nous fait effectivement une révélation : Elidibus est en réalité un fragment qui s’est détaché de Zodiarche lorsque ce dernier a été vaincu par Hydaelyn. En d’autres termes, l’Elidibus que nous connaissons aujourd’hui est en réalité un Primordial, alimenté par son désir de suivre les pas des Amaurotains qui nous ont quittés : « sauver le monde ». Voilà pourquoi il devenait nécessaire pour lui, dernier « Ascien » originel en vie, de créer des Guerriers de la Lumière : ils étaient ceux qui alimentaient son pouvoir !

Le temps presse : les Héritiers commencent à faiblir de leur présence sur le premier reflet, mais il faut arrêter le partisan de Zodiarche. En quittant le bâtiment d’Amaurote, d’étranges cristaux – identiques à des cristaux de job – sont parsemés ici et là, comme traçant une route pour notre héros qui joue alors au petit poucet. Chaque fois qu’il en ramasse un, des voix résonnent dans sa tête, celles des membres du Concile à l’époque … et au bout de son chemin, il y rencontre à nouveau notre « pas si nouvel ami » Hythlodaeus. Puisqu’Emet-Selch « n’en aura plus besoin », l’Amaurotain décide de nous en faire cadeau, comme un héritage de l’ancien peuple que nous garderons à nos côtés.

Une petite conversation s’en suit, comme si deux vieux amis parlaient l’un avec l’autre. Une conversation au sujet d’Elidibus qui finit par donner une décision à notre « ami ». Même mort, Hythlodaeus a cet espoir que nous survivions au noyau de Zodiarche. Avant de nous quitter définitivement, l’amaurotain nous confie le quatorzième cristal qui devait appartenir au fameux membre du Concile qui avait déserté. Un cristal qui n’avait jamais été créé sur la décision du Concile sous prétexte « qu’un déserteur ne devait pas avoir le droit de garder ses souvenirs ». A demi-mot, Hythlodaeus nous avoue – nous fait comprendre plutôt – qu’Emet-Selch avait créé ce cristal de souvenirs en mémoire à son ami dont il était très proche, et l’avait gardé secret jusqu’alors. Nous étions désormais le gardien du cristal du quatorzième membre du Concile : Azem. « De retour dans les mains de son propriétaire » selon l’ancien amaurotain.

Note : A ce stade de l’épopée, même si cela n’a encore jamais été confirmé de façon claire et nette, nous comprenons à travers les paroles d’Hythlodaeus et la description qu’il nous fait du personnage, qu’Azem est en réalité « notre personnage ». Ou plutôt que notre âme fragmentée est celle d’Azem. L’identité de notre personnage jusqu’alors si mystérieuse est désormais révélée.

Y’shtola nous rejoint alors juste après cette entrevue, mais pour une fois, notre héros décide de ne rien lui raconter sur ce qu’il vient d’apprendre et ce qu’il a trouvé. Les deux alliés quittent alors les profondeurs de la Tempête pour rejoindre les Héritiers qui nous attendent à Eulmore : de leur côté, ils avaient fini de chasser les Asciens envoyés par Elidibus. Hélas, à peine un semblant de répit semble s’annoncer, que de nouvelles embrouilles commencent. Une nouvelle illusion de pluie de météores, et l’on pouvait voir au loin à l’horizon sur la mer, plus réelle que jamais, la cité d’Amaurote.

Une image encore plus violente que les autres illusions donc : non seulement l’Echo s’éveille chez certains témoins, mais la vision de l’ancienne cité semble tout à coup mettre à rude épreuve les émotions des habitants sans qu’ils ne puissent comprendre pourquoi. Pire encore, Elidibus semble à peu près maîtriser le sort d’invocation de l’Exarque désormais et commence à appeler des spectres immatériels de Guerriers de la Lumière venant d’autres mondes. Dieu sait ce qu’il leur a dit, mais une chose est sûre : ils en ont après nous !

Avec la complicité du couple Chai, Eulmore nous prête un aéronef pour que nous rentrions à toute vitesse à Cristarium. Malheureusement, ces illusions nous attaquent de partout et forcent le vaisseau à s’écraser en Amh Araeng : nous n’avions pas d’autres choix que de traverser le reste de Norvrandt à pied à toute vitesse ! Plus inattendu, mais bienvenu, les habitants du premier reflet comprennent notre détresse et comptent bien rembourser leur dette de les avoir sauvés du Déluge de Lumière. Voilà que l’intégralité des populations du continent, humains, tribus barbares et même le peuple féérique, nous aident à nous frayer un chemin jusqu’à Grand-Lac.

Notre héros poursuit sa route seul alors que les Héritiers décident de faire diversion, hélas les mauvaises surprises s’enchaînent : nous retrouvons Beq Lugg et l’Exarque dehors et en piteux état en ce qui concerne G’raha Tia. En effet, ils nous expliquent tous deux qu’Elidibus les a éjectés de la Tour de Cristal, mais qu’ils avaient réussi à utiliser un dispositif pour coincer l’Ascien à l’intérieur de l’édifice. En revanche, du fait de la distance prise avec le bâtiment allagois, l’Exarque perd peu à peu sa vie. Nous n’avions pas le choix : retrouver Elidibus dans la structure. Avec l’aide de notre ami de cristal, nous nous frayons alors un chemin jusqu’au trône de Xande.

Une fois face à face, notre ennemi est au summum de sa puissance. Notre personnage tente tout de même de le perturber, en se rappelant les paroles d’Emet-Selch mais aussi et surtout celles d’Hythlodaeus : il doit y avoir une raison à tout ça. Le tout pour le tout, notre héros rappelle à son adversaire que le Concile n’existe plus, les Asciens Originels sont morts, et les autres restants ne sont que des transmigrés – des âmes fragmentées des anciens membres du Concile, convertis au bon vouloir des originels. Elidibus s’énerve, mais parvient à douter de lui, ne se rappelant plus à qui il avait prêté serment par le passé, ni pourquoi …

Excès de zèle ou de rage, il utilise tous les vœux de ses « fidèles » pour prendre les traits d’un personnage devenu iconique : le Guerrier de la Lumière, premier du nom. Notre personnage est protégé alors par le Cristal d’Azem et utilise son pouvoir : Hythlodaeus nous avait dit qu’Azem avait cet étrange don de savoir rassembler les gens et se battre avec et pour eux. Un cercle d’invocation autour de nous fait appel à des alliés de tout âge : pour la première fois, notre personnage n’utilise pas son don d’Hydaelyn pour se défendre, mais un pouvoir des temps anciens, qui semblait appartenir à son être complet …

Très vite pourtant, Elidibus arrive à nous balayer pour nous mettre à terre, mais aux portes de la disparition, le Cristal d’Azem se met à luire dans l’obscurité. C’est un Amaurotain cagoulé qui, d’un claquement de doigt, parvient à nous faire revenir et à invoquer de nouveaux alliés à nos côtés. Il disparaît d’un geste de la main que nous reconnaissons tous, Elidibus comme notre héros : de toute évidence, ce sont les réminiscences d’Emet-Selch – ou plutôt d’Hadès – qui viennent de nous sauver la vie.

Lorsque nous parvenons à défaire notre adversaire, c’est pourtant l’intervention de l’Exarque qui nous débarrasse de l’Ascien en faisant une révélation de taille : la Tour de Cristal construite par les Allagois était en réalité une auralithe blanche géante. Donc le tombeau idéal pour un Ascien … En utilisant ses dernières forces, l’héritier d’Allag parvient alors à vaincre Elidibus, et dans ses dernières minutes d’existence, l’Ascien se souvient de sa promesse … « J’espérais qu’en accomplissant mon devoir, je pourrais à nouveau les voir souriants et heureux ». Une scène émouvante qui en tirait les larmes, au point qu’avant de disparaître, notre protagoniste décide d’offrir les cristaux des membres du Concile à Elidibus, qui les emporte avec lui dans la mer d’éther …

De son côté, l’Exarque se « meurt » et nous fait part de ses dernières volontés. Les conducteurs spirituels visant à ramener les Héritiers sur le monde primitif étaient prêts, mais il en avait fait un de plus … un conducteur qui contenait son âme et sa mémoire, qu’il voulait que l’on transmette au G’raha Tia de notre monde, et notre époque. Afin que son « lui du passé » réalise son rêve et poursuive ses aventures à nos côtés. Suite à cela, l’Exarque se change en cristal au sommet de la tour, afin de veiller éternellement sur sa cité de cœur …

Bien que la victoire soit réelle en ayant vaincu le dernier Ascien Originel, elle a pourtant un goût très amer. Pour les Héritiers, l’heure des adieux arrive et chacun part faire ses au revoir aux quatre coins de Norvrandt. Notre Guerrier des Ténèbres, lui, va faire une visite des plus surprenantes en Il Mheg : non pas pour dire au revoir à Feo Ul, mais à Seto. En guise de cadeau d’adieu, notre personnage fait le plus beau présent possible à l’ancien camarade amaro d’Ardbert en lui confiant son cristal de souvenir. En donnant une ultime caresse à la créature, celle-ci semble même reconnaître la chaleur humaine de son ancien compagnon, signe qu’il a bien senti que notre âme et celle d’Ardbert ne font plus qu’une.

La dernière personne à qui faire ses adieux est Ryne, puisque cette dernière est originaire du premier reflet, elle ne peut nous suivre, et une mission de taille l’attend sur ce monde : le faire renaître. Séquence émotion terminée, nos Héritiers se rétablissent pleinement grâce aux conducteurs spirituels, sur le monde primitif. De notre côté, notre héros se rend à la Tour de Cristal, où, rappelons-nous les événements d’A Realm Reborn, notre G’raha Tia a dû s’enfermer dans cette dernière pour la maintenir stable.

Quelques temps plus tard, le conducteur spirituel a été donné à son propriétaire légitime, et c’est un Miqo’te en pleine forme qui décide de rejoindre les Héritiers de la Septième Aube, afin de ne plus suivre les pas de son idole … ne plus les suivre, mais marcher côte à côte.

Un nouveau membre des Héritiers !

Du côté de Garlemald – ou plutôt de Zenos – la situation se retourne dans une Garlemald en proie à la destruction et le fils de feu l’Empereur assis sur le trône. Les Asciens Originels n’étant plus, les transmigrés sont désormais « libres » de faire comme bon leur chante en ce qui concerne le plan de résurrection de Zodiarche, et le groupe des Télophores commencent à se former. A leur tête ? Fandaniel, un Ascien transmigré qui a pris les traits d’Asahi – le frère de Yotsuyu dans Stormblood qui vouait un fanatisme sans nom à Zenos. Ce dernier ne cesse de parler d’un « plan » qu’il peut désormais mettre à exécution, sous l’œil pas très attentif d’un Zenos qui semble plus que désintéressé … Après tout, son seul désir à lui est de nous affronter dans le duel du siècle …

Prélude à l’apocalypse

Le premier reflet étant sauvé et le huitième fléau endigué, les Héritiers ont un temps de répit en attendant des nouvelles de l’Alliance. Les états d’Eorzéa prévoient d’ailleurs une réunion sous peu mais notre héros préfère accompagner G’raha Tia et Alisaie : cette dernière a une idée toute fraîche en tête. Maintenant qu’elle avait appris à soigner les contaminés des purgateurs sur Norvrandt, elle voulait appliquer ce savoir pour essayer de soigner et sauver les subjugués de l’influence des Primordiaux sur notre monde.

Notre ami Miqo’te nous emmène donc à Azys Lla, création des allagois, persuadé que son sang permettrait d’accéder à des archives qui pourraient bien nous aider : ils avaient forcément fait des recherches sur la subjugation par le passé ! Bingo, grâce à Cid et ses employés des Forges, nous remettons en marche une ancienne machine dans les archives. Entre temps, nous nous faisons contacter par nos amis Héritiers ayant assisté à la réunion de l’Alliance : visiblement, chaque contrée semblait vouloir profiter de l’accalmie avec l’Empire pour régler leurs problèmes internes avec les tribus d’homme-bêtes. L’idée d’Alisaie était donc plus que brillante pour essayer de faire d’une pierre deux coups pour réconcilier les divers peuples avec les Hommes.

Nous sommes décidés donc à aider l’Amirale Merlwyb à Limsa Lominsa pour régler ses problèmes avec les Kobolds. Alisaie a besoin de créer de nouveaux porxies pour mettre en pratique son remède, mais qui d’autre que Matoya avait les connaissances requises sur le monde primitif pour créer des familiers ? Dans les ruines de la Nouvelle Sharlayan, la sorcière nous indique qu’il faut créer une « mère porxie », ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons créer en masse des bestioles capables de guérir la subjugation.

De retour à Limsa, nous avons quelques affaires à régler pour aider l’Amirale : visiblement, tout le monde n’est pas d’accord avec la direction que souhaite prendre Merlwyb et certains tentent même des coups d’état … en vain. L’Amirale sachant s’imposer, et ayant réussi à négocier une entrevue avec le grand prêtre des Kobolds, c’était le moment ou jamais de tester les porxies à grande échelle : le grand prêtre était probablement le plus subjugué de tous et il était certain que nous amener chez lui était un piège de toute façon. De son côté, Alisaie avait déjà procédé à un premier test en soignant Ga Bu, le petit Kobold qu’elle avait sauvé il y a si longtemps maintenant.

Sur place, les choses se déroulèrent comme attendue : un piège. Mais c’était là sous-estimer les Héritiers et plus surprenant encore : sous-estimer l’Amirale ! Cette dernière savait très bien manier les armes pour ce qui était de défendre les siens, et grâce à ses efforts, nous parvenions à tenir en joue le grand prêtre pour commencer son traitement.

C’est un réveil douloureux pour Za Da, le patriarche. Des tonnes de cadavres des siens gisaient au sol, et nous n’en étions même pas les responsables : il s’agissait de ses propres sacrifices pour invoquer Titan. La subjugation levée, c’est la conscience qui revient au galop et il faut savoir faire face à ses actes. Pour autant dans la confusion, Za Da se rappelle bien que c’était à cause des Hommes qu’il avait été poussé à invoquer le Primordial. C’est grâce à l’intervention de Ga Bu que le prêtre semble plus enclin à écouter l’Amirale sur cette négociation de paix.

Malgré tout, peu convaincu et moins sûr que les humains traitent cette paix pour mieux les trahir encore, le Kobold semble refuser. Merlwyb joue alors sa carte ultime : elle jette son arme chargée au pied du patriarche. La seule chose la plus précieuse qu’elle ait à offrir pour la véracité de ses propos, c’est sa propre vie. Désormais entre les mains de Za Da.

Nous retenons notre souffle quelques instants …

Un coup de feu retentit sur un écran noir. Lorsque nous pouvons enfin voir la scène, Za Da a en réalité tiré en l’air. S’il n’a pas encore tout à fait confiance en les humains, il a envie de croire aux propos de Ga Bu et à cette possible paix et entente entre nos peuples. En guise de premier pas vers cette nouvelle ère, Za Da nous demande même de soigner les autres membres de sa tribu qui sont encore sous l’influence de Titan.

C’est le cœur plus léger que nous quittons le Nombril, le volcan où avait eu lieu cette réunion, mais un tremblement de terre attire notre attention du côté de l’ancienne cité voisine de Nym : un édifice gigantesque ressemblant à une tour surgit de la terre ! Lyse nous contacte alors par linkperle pour nous informer d’une apparition similaire en Gyr Abania, et par ailleurs, tous les autres dirigeants des autres cités témoignent de la même chose pour leurs contrées. Nous décidons alors de rejoindre l’ancienne Héritière en urgence à Ala Mhigo, où l’ombre d’un mystérieux dragon apparaît et semble avoir atterri dans les jardins de la Ménagerie Royale.

Sur place, nous retrouvons Fandaniel qui vient se présenter officiellement à nous, en compagnie de son « Luna-Bahamut ». Ou plus précisément, il vient faire ouvertement sa déclaration de guerre devant l’Alliance, en avouant son désir de vouloir reproduire l’apocalypse tel que les Asciens l’avaient connu dans les temps anciens. Pour cela, il compte bien se servir des tours qu’il avait fait apparaître, sans nous révéler leur rôle pour autant. Avant de nous quitter, il livre un message plus personnel à notre Guerrier de la Lumière, en nous annonçant que Zenos est impatient de nous retrouver pour le face-à-face digne de ce nom qu’il attend de nous. En guise d’au revoir, Fandaniel met un acte sur ses mots en utilisant son Bahamut pour embraser les jardins d’Ala Mhigo et faire plusieurs blessés.

C’est la confusion la plus totale qui règne : pourquoi un Ascien voudrait-il reproduire l’apocalypse que les Anciens avaient mis tant de mal à mettre fin ? Pourquoi semble-t-il si déterminé à exterminer nos vies comme la sienne puisqu’il l’a avoué ? A quoi servent ces tours ? Et quel est ce Bahamut étrange que Fandaniel semble pouvoir contrôler ?

En ce qui concerne les tours, l’Alliance semble vouloir s’en occuper pour les examiner voire les explorer. Les Héritiers se chargent de l’étrange Primordial, et Krile ne connaît qu’une seule personne qui s’y connaît suffisamment en dragon pour pouvoir peut-être nous aider : Estinien.

Le temps passe alors que la demoiselle convoque le Dragon Céleste, Thancred de son côté revient de sa séance d’infiltration et d’espionnage sur le territoire garlemaldais, et son rapport a de quoi glacer le sang : la capitale est en proie aux ruines et aux flammes. Pire, les habitants et soldats prononcent les mêmes noms et agissent tels de véritables zombies : ils sont subjugués et vouent un culte à Garlemald. Par qui, par quoi et dans quel but ? Mystère.

Quelques temps plus tard, une réunion de crise s’organise avec l’Alliance, les Héritiers, et même les chefs des différentes tribus barbares. Le fait est que l’exploration des tours a été un échec jusqu’alors : s’en approcher provoque automatiquement une subjugation. Pire, Aymeric a même remarqué que des Ixalis se faisaient capturer et entrainer de force jusqu’à ces édifices. S’ils voulaient en savoir plus, il fallait envoyer des personnes immunisées contre ce phénomène, et pour cela, l’Alliance avait convoqué un duo de choc mais complètement inattendu : Fordola et Arenvald. Deux personnages que nous connaissons depuis Stormblood.

Note : Rappelez-vous, Fordola était notre ennemie mais aussi le sujet test et cobaye à la Résonnance, l’Echo artificiel que Zenos s’est implémenté ensuite. Arenvald est un détenteur de l’Echo et un ami d’Alphinaud de très longue date. Dans les Chroniques Eorzéennes de Stormblood, ce duo avait déjà fait équipe pour endiguer des invocations à répétition d’Ifrit. Une façon pour Fordola de se « racheter » de ses actes passés, même si elle refuse de l’admettre.

Alors que le duo s’apprête à partir en mission, nous sommes contactés par Tataru : Estinien serait à Ishgard. Nous le retrouvons sur place pour lui faire un rapport de la situation, et à ses yeux, il n’y a qu’un seul dragon qui pourrait être à l’origine du retour de Bahamut : Tiamat. Mais comment la dragonne emprisonnée à Azys Lla aurait-elle pu jouer un tour et pire, aider Fandaniel dans ses projets ? Ni une ni deux, les Héritiers retournent sur l’île artificielle pour retrouver la fille de Midgardsormr.

Au fil des conversations, il semble clair que Tiamat n’y est pour rien, en revanche, un minimum lucide, elle comprend très bien ce qu’il s’est passé : Fandaniel avait dû capturer des dragons de Meracydia – ses propres enfants donc – qui avaient été subjugués par Bahamut il y a si longtemps, pour les forcer à un rituel d’invocation. Bien qu’elle manifeste son désir de faire taire une telle hérésie d’avoir ainsi créé un Primordial à l’effigie de son amant, Tiamat refuse d’être libérée.

Note : Rappelez-vous dans Heavensward, nous faisons un bref aparté en compagnie de Midgardsormr. Tiamat révèle alors qu’elle reste enchaînée à Azys Lla à cause du poids de sa culpabilité d’être à l’origine de la création du Primordial Bahamut.

Bientôt, le dragon originel nous indique que ce n’est pas la seule raison : elle pense elle-aussi être sous l’influence de Bahamut, du fait qu’elle l’ait invoqué par le passé. Alors que G’raha part à la recherche des dispositifs pour libérer les chaînes de Tiamat, il est l’heure pour Alisaie de tester son porxie Angelo sur une créature magique de taille.

Sur leurs gardes toutefois au cas où cela échoue, Tiamat parvient à se libérer et fait face aux mêmes remords que Za Da. Toutefois, elle en veut à Fandaniel pour ce qu’il a osé faire, tant à son être aimé qu’à ses enfants. C’est avec le cœur déchiré que la dragonne prend sa décision : si certains répondront à son appel, elle volerait à leurs côtés, sinon, elle abattrait de ses propres griffes sa progéniture empoisonnée. Et sa mission ne s’arrêterait pas à l’Ascien : elle savait que nombreux dans le monde étaient encore ses enfants subjugués. Afin de nouer les liens, Alisaie fait le serment et la promesse qu’elle aiderait Tiamat dans sa tâche quand tout serait terminé, afin qu’elle ne soit plus seule à porter ce fardeau.

A peine leur tâche terminée, les Héritiers sont contactés par leurs alliés : Luna-Bahamut a été aperçu accompagné de plusieurs dragons, survolant la grande prairie de Paglth’an. Les Amal’jaas vivant dans le coin étaient menacés. Tiamat savait donc où se diriger. Si elle prenait de l’avance par la voie des airs, en compagnie d’Estinien, nous rejoignions Ul’Dah de notre côté pour nous préparer à la grande bataille.

Sur place, nous avions une bonne nouvelle de la part de la Sultane et ses suivants : visiblement, les « Luna-Primordiaux » ne possédaient pas la capacité de subjuguer, nous pouvions tous approcher le Bahamut. Aidés par Tiamat dans cette bataille déchirante pour elle, les Héritiers purent s’attaquer au Primordial et le vaincre. Une victoire qui permit au chef des Amal’jaas de revoir son jugement sur les humains : voilà une autre tribu qui est en bonne voie de paix avec les Hommes.

De retour à Ul’Dah pour notre rapport, de bien tristes nouvelles nous attendent : Arenvald et Fordola sont revenus, mais le jeune homme a été fortement blessé au cours de l’expédition. Fordola fait son rapport : l’intérieur de la tour était glauque, des corps d’Amal’jaas prisonniers dans les murs et … un Luna-Ifrit les avait attaqués. Ils n’en savaient pas plus. Mais de toute évidence, c’était au sein de ces tours que les invocations de « Néo-Primordiaux » – comme les a nommés l’Alliance – se produisaient. D’ailleurs plusieurs rapports racontent qu’ils commencent à apparaître un peu partout.

En rentrant au Refuge des Roches, Krile nous fait part de son idée : elle souhaite se rendre à Sharlayan pour avoir les lumières des savants au sujet des tours et des Primordiaux d’une part, mais d’autre part, il semble étrange qu’avec une situation pareille, Hydaelyn demeure silencieuse. Préparant son départ, de son côté, Estinien se décide à vouloir officiellement se joindre au combat des Héritiers.

Quelques temps passent, et après plusieurs réunions et allers et venues pour parler à d’anciens camarades ou consolider les relations avec les homme-bêtes, c’est une visite des plus inattendue à laquelle nous sommes invités. Fourchenault Leveilleur, le père des jumeaux, est venu dire sa façon de penser à l’Alliance …

Ainsi, Sharlayan refuse de participer aux affaires et au combat de l’Alliance, quand bien même l’apocalypse les toucherait inévitablement aussi. Pire, le « sage » du conseil sharlayanais renie même ses propres enfants quand ces derniers lui tiennent tête et tentent de le convaincre de changer d’avis. Visiblement, Fourchenault n’a jamais approuvé ce qu’avait fait Louisoix par le passé, et se sent déshonoré que ses enfants suivent les mêmes pas …

Lorsque le patriarche Leveilleur quitte les lieux, Krile nous contacte par linkperle depuis Sharlayan : de son côté, elle n’a pas non plus réussi à convaincre le conseil. Mais elle a bien senti quelque chose d’étrange en débattant son point de vue avec : de toute évidence, le Conseil de Sharlayan sait quelque chose que nous ignorons. Il va falloir leur tirer les vers du nez … Enfin, lorsque nous le pourrons.

Un ambassadeur Sylphe vient alors nous chercher : les Télophores marchent sur la plaine de Carteneau, avec leurs Néo-Primordiaux. C’est en arrivant sur place que Y’shtola comprend la situation : il y avait des nœuds éthérés ici, le but des Télophores étaient donc de les neutraliser pour les rediriger vers les tours et perturber ainsi le flux éthéré de ce monde !

Malheureusement pour Fandaniel, c’était là encore sous-estimer les Héritiers de la Septième Aube : en se scindant en plusieurs groupes, nous réussissons à vaincre les Néo-Primordiaux – en l’occurrence, Odin, Ravana et Ifrit.

Note : Petit aparté, j’ai de mon côté été très surprise de l’invocation d’Odin sachant que c’est un Primordial qui n’est pas vraiment lié à une tribu dans le jeu.

La victoire accordée et Fandaniel retiré, nous savions désormais que les tours avaient un rôle capital pour l’Ascien. Aymeric nous assurant que l’Alliance serait désormais capable de repousser les Télophores, nous devions nous focaliser sur les édifices. Pas d’autres choix, seule Sharlayan devait avoir le savoir requis pour pouvoir pénétrer voire détruire les tours …

Alors que nos héros partent prendre un repos bien mérité avant le grand départ, une silhouette apparaît derrière notre protagoniste, une femme dont le visage ne nous dit rien, en revanche, sa voix est très familière. Elle vient nous annoncer la fin du monde mais nous encourage à nous battre pour protéger notre planète et son avenir. Hydaelyn, serait-ce toi ?

A présent, le ciel se dégage, et tous les regards se tournent vers la Lune …

Pourquoi es-tu apparue, notre chère lumière dans la nuit ?

En attendant Endwalker …

Et voilà pour ce (très long) résumé de ShB. Je m’excuse de ce contenu si copieux – le plus long article que j’ai écrit d’ailleurs – je ne m’attendais pas moi-même à ce que l’histoire de Shadowbringers soit aussi complète et plus conséquente que les extensions précédentes. Comme vous l’avez vu, j’ai essayé d’illustrer davantage ce résumé pour qu’il ne soit pas trop imbuvable.

Vous vous doutez qu’au vu de la taille de l’article, j’ai dû me permettre de le scinder en plusieurs parties. Je vous donne donc rendez-vous en guise de petit break, dans l’article suivant. Pour vous partager mon ressenti de cette extension, mais aussi vous présenter les autres nouveaux contenus de ShB, et également, les traditionnels clins d’œil aux différents épisodes de la saga !

J’espère que ce résumé a plu quoi qu’il en soit et qu’il vous aura permis de vous remettre en tête des choses que vous avez peut-être oubliées de cette incroyable épopée !

Article précédent :

Les Ténèbres de la Vérité (patch 5.0)

Article suivant :

Les Ténèbres de la Vérité (impressions, contenus, etc.)

Une réflexion sur “Les Ténèbres de la Vérité (patch 5.1 – 5.5)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s